Christophe Haag > Mes billets d'humeur > L’open space – “le tue intuition”
29/09/11

L’open space – “le tue intuition”


( ! ) Notice: Use of undefined constant gSendtofriend - assumed 'gSendtofriend' in D:\wamp\www\Christophe-haag.blog\wp-content\themes\christophe_haag\loop-page.php on line 19
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.25844772584{main}( )...\index.php:0
20.25874774640require( 'D:\wamp\www\Christophe-haag.blog\wp-blog-header.php' )...\index.php:17
30.953939592544require_once( 'D:\wamp\www\Christophe-haag.blog\wp-includes\template-loader.php' )...\wp-blog-header.php:19
40.965139760528include( 'D:\wamp\www\Christophe-haag.blog\wp-content\themes\christophe_haag\single.php' )...\template-loader.php:74
51.196940362296get_template_part( )...\single.php:22
61.197040362800locate_template( )...\general-template.php:167
71.197440362912load_template( )...\template.php:643
81.197940370168require( 'D:\wamp\www\Christophe-haag.blog\wp-content\themes\christophe_haag\loop-page.php' )...\template.php:686
Recommender à un(e) ami(e)
Friend Email
Enter your message

Notre société veut aujourd’hui nous faire croire qu’elle encourage l’intuition par le “tout-transparent”. Le principe est simple : puisque l’intuition c’est avant tout savoir détecter des signaux très discrets, il faut se montrer ‘indiscrets’ pour que ces informations circulent vite et bien. C’est ce qui pousse pas moins de 60% de nos entreprises[1] à ne jurer que par l’open space, ce tue-l’intuition. Censé libérer les énergies en permettant la communication directe, l’extraversion et l’exubérance, cette configuration spatiale semble plutôt étouffer la créativité et la spontanéité.

Il n’y a qu’à faire le tour d’un open space ou devrais je plutôt dire d’un open spasme, une sorte de contraction anormale de notre vraie personnalité, pour se rendre compte que le chuchotement, les comportements artificiels et le flicage sont de mise. Comment se fier alors à nos intuitions dans un environnement en carton pâte digne des plus grands plateaux de Ray Harryhausen où tout comportement d’autrui, même s’il est très visible à cause des cloisons que l’on a faites tomber, est factice? En rendant transparent le système, on finit par le pervertir en modifiant les règles du jeu, en transformant des actes authentiques en actes hypocrites qui sont néfastes pour la santé et la productivité de l’individu à long terme[2]. Quand on se sait observé, nos comportements changent, nous perdons justement notre « naturel », nos mouvements du corps en sont altérés et nos mots ne sont que trop bien choisis. Dans cette configuration organisationnelle, un rapide coup d’œil ne suffit plus, il faut creuser plus profond, le balayage superficiel devient de la spéléologie.

La source d’informations intuitives pure est ainsi polluée par une nappe épaisse de faux semblants qui s’échappe de l’épiderme de nos corps « socialement » bridés. Et BP n’y est pour rien cette fois-ci. De là à concevoir, comme certains le proposent déjà, des alternatives du type ‘espaces spéciaux inspirés des yourtes mongoles’ pour retrouver de l’intimité et réorganiser le travail en groupe, je reste perplexe…



[1] D’après Actinéo, une association spécialisée sur la qualité de vie au bureau.

[2] Scott, B.A. & Barnes, C.M. (2011). A Multilevel Field Investigation of Emotional Labor, Affect, Work Withdrawal, and Gender. Academy of Management Journal, Volume 54.

  • Fred

    Intéressant. En revanche, je pense que l’open space peut être bénéfique selon les secteurs d’activité… une sorte d’intuition collective ?

  • Anonymous

    Pour certaines activités (créa, R&D, conception etc…), certes. Mais le problème, c’est la généralisation (à outrance) à tous les types d’entreprises, à tous les types de départements, à tous les types de domaines… C’est pourquoi je préconise de stopper l’hémorragie avant que nos entreprises ne deviennent une sorte de “Truman Show” 🙂

Christophe Haag

" Professeur-Chercheur
à EMLYON Business School
et essayiste , mon dada,
c’est d’essayer de décrypter
une partie du Da Vinci Code
des comportements humains qui régissent la « comédie sociale » que nous jouons tous (dixit Josef Schovanec).
Voici mon univers. "

Facebook

Rejoignez moi sur

  • picasa
  • Youtube
  • Soundcloud